26 - Séparatisme

Où l'on se demandera si le séparatisme est bien là où l'on s'emploie à le faire croire et s'il c'est le cas, on se demandera aussi quel autre séparatisme il peut bien « voiler ».

De tous les côtés on n'entend plus que cela : le séparatisme. Un spectre hante les consciences : la possibilité que des individus ou des groupes d'individus puissent se séparer de la collectivité autrement nommée République.

Lorsque je dis de tous les côtés, la préoccupation semble plutôt concentrée dans les sphères politiques et médiatiques, car dans la vie ordinaire de chacun, on ne semble pas beaucoup s'inquiéter de cette affaire. Ce n'est pas une raison pour dire qu'il n'y a pas un problème. Dans les sphères dites hautes ou dans les milieux qui s'autorisent à penser, on pense en général pour nous, on pense ce que nous devrions penser. Ainsi vous n'aviez pas de problème et viviez tranquillement avec vos congénères, vous ouvrez le poste de radio ou de télévision, vous apprenez qu'il y a des gens ou des groupes de gens qui veulent se séparer de vous, on trouve que ce n'est pas bien et maintenant lorsque vous mettez le nez dehors et surtout les yeux vous allez en effet trouver qu'il y a des gens qui se distinguent, qui sont différents et qui manifestement veulent nous quitter.

À toutes fins utiles et pour d'autres sujets, repérez bien ce mécanisme qui consiste à faire passer d'une relative tranquillité à une intranquillité, à une contrariété ; à faire passer d'un état insouciant et négligeant à un état inquiet et soucieux. Fort heureusement, une avant-garde clairvoyante veille sur nous pour nous éviter les pires dangers.

Bien. Admettons provisoirement qu'il y a un problème de séparatisme en France ou au moins à Paris. Mais gardons à l'esprit pour cette question et toutes les autres la fameuse maxime d'Epictète, philosophe de l'École stoïcienne : « Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les opinions qu'ils en ont. Par exemple, la mort n'est point un mal ..., mais l'opinion qu'on a que la mort est un mal, voilà le mal. Lors donc que nous sommes contrariés, troublés ou tristes, n'en accusons point d'autres que nous-mêmes, c'est-à-dire nos opinions ». Recommandation à s'appliquer régulièrement pour ne s'en porter que mieux !

Donc, il n'y a pas de problème en soi de séparatisme et si nous le pensons et que nous en sommes troublés, contrariés ou tristes interrogeons d'abord nos opinions, les jugements que nous portons. Et sur quoi ils se fondent. Mais nous n'avons à notre disposition que ce qu'ON a bien voulu nous transmettre. Or, il se trouve que depuis plusieurs semaines j'ai fermé les écoutes médiatiques et ne sais pas bien ce qu'il en est de cette question. Comme de toutes les autres d'ailleurs. Ce qui fait qu'il n'y a plus de guerres, de réchauffement climatique, d'épidémie, de vaccin... bref ce qui fait que le monde est ainsi reposé, apaisé et moi de même par la même occasion. Certes, certains de mes amis m'ont fait remarquer que j'étais passé à côté d'un événement important qui aurait pu avoir une incidence sur ma vie et m'amener à avoir une opinion : la vaccination du ministre de la Santé, monsieur Olivier Véran.

Ah, oui le séparatisme. Qu'en est-il ? Je vois des quartiers, des banlieues sensibles et d'autres insensibles, éloignés les uns des autres ; je vois des campagnes détachées des villes ; je vois des connectés déconnectés ; je vois des isolés abandonnés ; bref je vois de la séparation, bien sûr.

Mais séparation de fait n'est pas séparatisme. Le -isme nous indique le mouvement. Le mouvement de celui ou de ceux qui volontairement visent à se séparer de leur pays à l'intérieur ou à l'extérieur. J'en vois, comme dirait Jean Ferrat dans sa montagne qui quittent un à un leur pays pour s'en aller gagner leur vie ou spéculer loin de celui où ils sont nés. C'est, à mon avis, la forme la plus radicale de séparatisme. Mais ce n'est qu'une opinion.

Sur le petit marché de sainte Anne, le dimanche, une foule de gens de toutes les couleurs vivent ensemble séparément. Ainsi va le monde !

Didier Martz, 22 Février 2021 Philosophe, auteur

https://youtu.be/Ur5I4vaKk5M

Chez ERES La tyrannie du Bienvieillir (avec M. Billé) Dépendance quand tu nous tiens (avec M. Billé, MF Bonicel) Vieillir comme le bon vin (Collectif) La lumière noire du suicide (avec H. Genet) Dictionnaire impertinent de la vieillesse (Collectif) Un autre regard sur la vieillesse (Collectif) Chez l'auteur Ainsi va le monde, chroniques philosophiques de la vie ordinaire

www.cyberphilo.org

23 – Distanciel, Présentiel.

Séparatisme : une pratique et une idéologie qui vise à mettre de la distance entre les individus, à les séparer. Il n'est pas là où on le laisse entendre. La forme la plus radicale est celle qui consiste à enchaîner les individus à leurs écrans. Le premier temps de ce processus est en cours depuis un moment; le second, lorsque la séparation physique totale sera effective et intériorisée, les individus prendront d'eux-mêmes leurs distances psychologiques, les garderont voire tiendront les autres en respect...

Lire la suite

20 Pour ou contre le vaccin anti-covid

Par delà le débat, le philosophe se demande pourquoi nous ne sommes pas nécessairement convaincus par des arguments rationnels et logiques alors que le contraire devrait aller de soi. Eh bien non, il y a toujours un reste exprimé dans l'objection : "oui, bien sûr, mais quand même..." Et c'est là que s'installent la croyance, la superstition, les émotions.... Convaincre et persuader les deux faces de l'accès à la connaissance.

Lire la suite

Haut de page