Effondrement du viaduc Morandi à Gênes *

Effondrement du viaduc Morandi à Gênes *

Après l'émotion viennent les raisons. Les raisons de cette catastrophe. L'enquête est lancée tous azimuts et bon nombre d'hypothèses voire de certitudes sont posées. Néanmoins, il me semble que quelques pistes ont été négligées.

D'abord sur la présence d'automobilistes sur le pont à ce moment-là. Il faut une bonne part d'inconscience à s'engager sur un pont juste avant qu'il ne s'écroule. Mais on peut voir là une conséquence de cette tendance mortifère à vouloir être désigné comme victime encore appelé « instinct victimaire ». Une manière de s'arranger pour qu'on parle de soi. Avec la complicité des vendeurs de bougies et de fleurs qu'on ne manquera pas d'allumer pour les premières et de déposer pour les secondes. Il paraît même qu'un automobiliste a laissé les phares de sa voiture allumés pour qu'on le repère mieux sous les décombres.

Ensuite, la présence intrigante de ce camion vert à la cabine bleue avec la marque BASKO inscrite en grand, arrêté juste au bord du gouffre de manière à ce qu'il soit vu sur toutes les photos. La même technique est utilisée par des publicistes habiles à Paris par exemple où sur chaque pont est stationné un camion nous invitant à le louer, ou à aller déjeuner ici ou là, etc. Plus mystérieux est la disparition du chauffeur qui jusqu'à présent n'a pas été identifié. Il a vraisemblablement pris la fuite après l'effondrement. Il faudra déterminer le rôle qu'il a pu jouer.

Autre hypothèse. Le Pont Morandi a été construit entre 1963 et 1967 et nombre de travailleurs étrangers ont été recrutés. A cette époque l'Italie, comme la France, « aimait » bien les étrangers qui apportaient leurs mains pour construire ou reconstruire en particulier les mains des arabes. Des mauvaises langues disent que le pont s'est effondré parce que le travail fut mal fait avec plein de défauts mais c'est vraisemblablement pour confirmer leurs préjugés sur le « travail des arabes ». Non il faut aller plus loin et l'hypothèse terroriste n'est pas à écartée comme le dit toujours le Grand Ministre dans ces occasions. Cest en général juste après avoir exprimé sa compassion pour les victimes, leurs familles et leurs proches. Il ajoute alors qu'aucune piste ne sera négligée y compris la piste terroriste.

Et qu'on y réfléchisse bien. Les travailleurs sont des arabes. Arabes = musulmans = Islam = Islamistes. Oussama Ben Laden est né le le 10 Mars 1957 à Riyad dans ce pays que nous aimons bien pour ces acquisitions d'armes françaises et ses atteintes aux droits de l'homme et surtout de la femme : l'Arabie Saoudite. Au moment de la construction du pont, le petit Oussama à 10 ans. Précoce, on sait qu'il manie déjà les armes et les explosifs et tire aussi des plans sur la comète, les tours et, justement, les ponts. Aussi rien n'est-il plus simple que de glisser dans les matériaux de constructions et dans le béton des barres de fer dont on sait qu'avec le temps elles vont rouiller et fragiliser la structure jusqu'à ce qu'elle s'effondre. D'où la pertinence de son nom : béton « armé » (sic).

On objectera qu'on ne peut organiser un attentat terroriste plus de 50 ans à l'avance ! Mais si justement, le temps est aussi une arme et fait partie du scenario. Il faut juste savoir être patient.

Mais qu'on se rassure comme tous les Grands Ministres de chaque pays du monde, celui d'Italie fera la lumière, rien que la lumière mais toute la lumière sur cette affaire. A la vitesse où il va, elle n'est pas prête d'arriver.

D.Martz alias Déroges alias Charlie

  • Blasphème : Parole, propos outrageant, injurieux et indécent contre une personne ou une chose considérée comme sacré et respectable

421 - Qu'il est doux de ne rien faire lorsque tout s'agite autour de nous

"Qu'il est doux de ne rien faire lorsque tout s'agite autour de nous" est le titre d'une émission diffusée il y a quelque temps déjà sur une chaîne de radio du service qui est du au public. Le propos est particulièrement bien adapté aux périodes où sont transmises et retransmises des  […]

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 420 - « Tous en terrasse »

Reims, code postal 51100. Autrefois, on mettait Marne, du nom du département. A la caisse de la surface dite grande du Bricolage est requis le code postal. Pas la ville, encore moins le département, mais le code postal. 51100. De quel pays êtes-vous ? + 33 comme l'indicatif téléphonique. D'où  […]

Lire la suite

419 - La coupe du monde de football 2018

Le foot au-delà des clameurs, de l'argent, de la publicité, c'est d'abord un marqueur social. Et il est populaire parce qu'il est pratiqué dans les rues de Manille, de Paris ou d'Alger ou les pâtures des villages par des enfants du peuple en grande majorité. « De n'importe quel pays, de n'importe  […]

Lire la suite

Ainsi va le monde Ainsi va le monde n° 417 - Des robots et des hommes

On s'émeut beaucoup à l'idée, proche du fantasme, que les robots pourraient bientôt remplacer les hommes. L'idée est au cœur du courant de pensée appelé post-humaniste. Ce n'est pas seulement une idée. On observe ici et là des objets dotés d'une « intelligence » telle qui laisse penser, espérer ou  […]

Lire la suite

416 - L'UNEF, le voile, les lunettes, le caméléon, la couverture écossaise, la laïcité

L'image vidéo d'une responsable parisienne de l’UNEF portant un hijab a mis en émoi le landernau politique et médiatique. Maryam Pougetoux, présidente de l'UNEF, un syndicat étudiant, mobilisée contre la réforme de l’inscription à l’université dite Parcoursup ' suscite un vaste débat, pas tant pour  […]

Lire la suite

Haut de page