Ainsi va le monde n° 316 – Expliquer, est-ce excuser ?

Il y a quelques temps, à la suite des attentats du 13 Novembre 2015, Le Premier ministre, Monsieur Manuel Valls, déclarait devant le Sénat et les médias, qu'il en avait assez, je cite : «... de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé ».

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 315 - Entropie

L'entropie caractérise un système qui progressivement perd son énergie pour tendre vers zéro et disparaître. C'est ce qui arrivera au système solaire d'ici quelques millions d'années. Tous les systèmes sont dits entropiques qu'il s'agisse du système solaire, de la planète Terre ou de notre paire de chaussures...

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 313 - Déploration

« La France déplore l'exécution en Arabie Saoudite, le samedi 2 janvier, de 47 personnes dont un chef religieux chiite. Elle rappelle son opposition constante à la peine de mort en tout lieu et en toute circonstance. Elle appelle aussi à tout mettre en oeuvre pour éviter l'exacerbation des tensions entre les communautés religieuses ». C'est le communiqué produit par la diplomatie française à la suite des exécutions par décapitation au sabre pratiquées par l'Arabie Saoudite. Il s'agit des premières exécutions de l'année 2016 dans ce royaume ultra-conservateur qui avait mis à mort 153 personnes l'année dernière.

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 304 - Géocoyote

"Avec Géocoyote, surveillez vos salariés"

Sur ma boîte aux lettres un message est venu s'afficher avec pour objet : « GEOCOYOTE, surveillez vos salariés ». Dans le corps du message, un euphémisme vient adoucir le propos initial. Il s'agit plutôt de « géolocalisez votre équipe ». Pour illustrer le procédé, une carte routière sur laquelle sont insérés trois médaillons. Trois employés d'une entreprise. Il est 10 h 37 et à cet instant, apparaissent les portraits d'Isabelle, Paul et Frank. On peut lire, en cliquant sur chaque portrait que :

Lire la suite

Les migrations de l’humanité par Christian Noorbergen, philosophe

On connaît la rengaine, aimer les autres, n'en déplaise à la plus haute morale, est quasi impossible. Plutôt qu'aimer les autres, race lointaine, obscure et indéfinie, il est préférable d’aimer ceux de sa ville. Plutôt que ceux de sa ville, préférer ceux de sa rue. Puis ceux de sa maison. Enfin, plutôt que s’aimer soi-même, aimer d’abord son nombril. Bref la vie tribale, il n’y a rien de mieux !

Lire la suite

Haut de page