Ainsi va le monde n°413 – Un tourisme génocidaire

Tourisme génocidaire. J'ai bien conscience qu'en employant le terme de génocide de cette manière, je vais être accusé de détournement de fond, le fond qui fait le sens véritable des mots. Surtout en accolant le terme à « tourisme ». En effet, selon l'encyclopédie en ligne Wikipédia, un génocide – je cite - est « un crime qui consiste en l'élimination physique intentionnelle, totale ou partielle, d'un groupe national, éthnique ou religieux, en tant que tel, ce qui veut dire que ses membres sont détruits ou rendus incapables de procréer en raison de leur appartenance au groupe .... Le génocide arménien, la Shoah et le génocide des Tutsis au Rwanda, trois génocides reconnus par l'ensemble des spécialistes et experts en droit international, sont en effet des exterminations planifiées par un État, indifférentes à l'âge ou au sexe des victimes. »

Mais cette définition est controversée car elle n'engloberait pas d'autres massacres de masse comme ceux perpétrés par le stalinisme, le régime de Pol Pot au Cambodge, et tous ces génocides qui n'entrent pas dans la définition juridique mais qui sont perçus comme tels par les populations de tel ou tel pays. On mentionnera ici l'esclavage

Et au-delà parlera-ton de génocide à propos de ce million de personnes qui chaque année meurent de faim dans le monde ? Ou à propos de ces 3,1 millions d'enfants de moins de 5 ans qui chaque année meurent de malnutrition ? Parlera-ton de génocide pour ces quelques 10000 migrants morts depuis 2014 dans la seule mer Méditérannée ? Puis, toujours par extension, pour ces enfants qui meurent au travail, pour ces enfants qui meurent dans les guerres ? Non, bien sûr. Encore que s'agissant des enfants et en s'en tenant strictement à l'étymologie du mot génocide le massacre d'enfants, quelle que soit la forme employée, empêche l'espèce de se perpétuer. Le terme « génocide », en effet, est formé sur la racine grecque génos, « naissance », « genre », « espèce », et du suffixe -cide, qui vient du terme latin caedere, « tuer », « massacrer ».

Mais pour ne pas altérer la spécificité du génocide – si tant est qu'il en est une - on considérera donc qu'il est abusif de parler de « génocide culturel » pour des actions ou des phénomènes non-meurtriers comme l'acculturation ou destruction d'une culture, des mœurs, des habitudes, des rituels des activités d'une population.

Mais, au risque de subir, et à juste titre, l'ire des associations de victimes de génocide par cette banalisation du terme, je maintiendrais cependant ici et ici seulement, son emploi à propos du massacre culturel opéré par l'arme de destruction massive qu'est le tourisme, le tourisme bête et méchant. Il se pratique à l'échelle mondiale depuis un moment déjà détruisant tout sur son passage et ne sauvegardant ce qui reste de culture que sous la forme de parcs artisanaux, boutique à souvenirs, et autres métiers à tisser.

J'attire aujourd'hui l'attention sur le « génocide culturel » perpétré dans les îles Andaman, en Inde, de la population des Jarawas, un peuple de Pygmées établi dans ces îles, il y a plus de trente-cinq mille ans. Génocide culturel mais pas seulement. En effet, ce peuple de chasseurs-cueilleurs, qui comptait 8 000 individus à l’époque britannique est aujourd’hui proche de l’extinction avec moins de 400 individus. Entre autres raisons, le tourisme et le modèle de civilisation dont il est porteur : de l'alcool, des denrées comme Coca-Cola , l'exploitation sexuelle des femmes, les maladies et la pratique de safaris qui les privent de leur nourriture. Mais, en compensation, on les prend en photos et à l'occasion on leur jette des bananes. Bientôt on leur ouvrira les portes du parc de loisirs. Ainsi va le monde !

Didier Martz, le 12 Mai 2018 Philosophe, essayiste www.cyberphilo.org

412 – Dormez tranquilles, ON prend soin de vous

« Les magasins X me remercie de ma visite et espère me revoir » ; ce village, que je n'ai fait que traverser à une vitesse raisonnable, après m'avoir souhaité la bienvenue à son entrée, à la sortie me remercie lui aussi de ma visite et espère lui aussi me revoir bientôt ; sur le ticket de caisse,  […]

Lire la suite

407 – Les Guayakis et le service public

Que diriez-vous si, jardinier, vous ne pouviez pas consommer votre propre production ? Ou encore si, travailleur ordinaire, vous deviez remettre les fruits de votre travail, votre salaire, à quelqu'un d'autre sans jamais pouvoir y toucher ? A part le fait que vous pourriez vous inquiéter de votre  […]

Lire la suite

Ainsi va le monde n°404 - Ils étaient dix ce matin...

Ils étaient dix ce matin, de 6 nationalités différentes, dans la petite pièce du local où des femmes servent de relais entre celles et ceux qui, d'ailleurs ou de nulle part, viennent ici. Ici, c'est le cours de français du vendredi pour mettre des mots nouveaux sur les choses de toujours. Marie  […]

Lire la suite

402 - Des lieux de privation de liberté

Le mouvement récent des surveillants de prisons à attirer à nouveau l'attention sur ces lieux qu'on appelle lieux de privation de liberté. Au premier abord, on aurait tendance à penser qu'il s'agit encore dans cette appellation d'un euphémisme pour éviter d'appeler les choses par leur nom, surtout  […]

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 400 - Résilience

D'une chanson de l'américain Teddy Martin et ses Las Vegas Twisters, traduite en français et interprétée au printemps 1962 par nombre de chanteurs comme Richard Anthony, Danny Boy, Eddy Mitchell, Johnny Halliday, je reprends le premier couplet et remplace « twist » par « résilience ». Une paraphrase  […]

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 398 - La disparition des lucioles

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975, le réalisateur et écrivain Pier Paolo Pasolini est assassiné. Il n'était pas beaucoup aimé des milieux politiques et financiers pour ses prises de position notamment sur le fascisme. Le 1er février 1975, donc neuf mois avant sa mort, il écrit dans le quotidien  […]

Lire la suite

#balancetonvalentin

"L'amour dans un drôle d'état". Ce sera le thème de notre prochain café de philosophie ici à Reims aux 3 p'tits bouchons, samedi prochain. Nous prenons prétexte de la Saint Valentin pour réfléchir sur ce sentiment mis à mal. L'amour dans un drôle d'état ? Oui, en effet, car outre la  […]

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 397 - Va voir là-bas si j'y suis

Le propos de cette chronique paraîtra trivial et bien léger. Une légèreté sans doute insoutenable comme disait Milan Kundera pour ceux friands de réflexions abstraites et de discours généraux. Ceux qui font métier de réfléchir sur les affaires du monde et voir comment il va se sont constamment  […]

Lire la suite

Haut de page