379 - Attentat contre une tour de Londres ?

C'était il y a un peu plus d'un mois...

Un incendie s'est déclaré dans la nuit du mardi 13 juin dans un immeuble d'habitation de l'Ouest de Londres. Nombreux sont les habitants portés disparus. Le bilan est très lourd. On ignore les causes de cette incendie mais comme l'on dit dans les milieux qui s'autorisent lors d'un attentat « aucune piste ne sera négligée et tout sera mis en œuvre pour en déterminer les origines ».

Mais on sait que ce n'est pas un attentat car on parle d'abord de catastrophe et une catastrophe a un petit côté naturel contre lequel on ne peut rien ou presque. Ce n'est pas non plus un attentat car il est question d'origine et non pas de responsables. Ce qui est cohérent avec l'idée de catastrophe : il n'y a pas de responsabilité pour un tsunami ou un tremblement de terre, il n'y a que des origines. Catastrophe est une notion orpheline, sans parents qui l'auraient enfantée. Contrairement à l'acte terroriste où il y a des responsables et qui plus est, chargés d'intentions malveillantes. D'ailleurs la Reine va dans ce sens. Elle parle de faire face à « l'adversité ». L'adversité est un coup du sort, un revers de la fortune ou de la providence contre lequel et laquelle on ne peut rien.

Ce n'est pas non plus un attentat parce que si « ON », en lettres majuscules, « déplore le nombre de victimes » et si les pensées de « ON », « vont d'abord vers les familles et les proches », on ne mettra pas de cellule psychologique en place ; il n'y aura pas non plus de fleurs et de bougies au pied de la tour immolée, ni de marche blanche. Pour ne pas céder à la panique, « ON » nous rassurera en indiquant qu'un grand plan de mise aux normes des bâtiments sera engagé dans les meilleurs délais et en annonçant une série de vérifications dans tous les immeubles similaires, etc., etc., etc.

Ce n'est pas non plus un attentat car on le reconnaît à son auteur, en général et aujourd'hui, il est arabo-musulman. Si l'action est dirigée contre des musulmans sortant de la mosquée après la prière, elle est l'oeuvre, non pas d'un terroriste mais d'un psychopathe.

Sauf que la catastrophe, elle, elle n'est pas si naturelle que cela. Déjà des inquiétudes s'étaient exprimées sur l'emplacement des unités de chauffage, sur les accès, l'absence de sortie de secours. Il y avait aussi des questions sur les éclairages, sur la qualité des matériaux utilisés pour la rénovation et l'isolation extérieures. Et puis, ces alarmes incendie qui n'ont pas fonctionné... Déjà en 2013, une surcharge du réseau électrique avait déjà, comme le dit un résident, « failli nous brûler tous à mort ».

Il exagérait en parlant à l'époque d'« un meurtre de masse » en gestation. En effet, ce n'est pas parce que sciemment ON ne respecte pas les normes, que sciemment ON emploie des matériaux de mauvaise qualité, que sciemment ON n'assure pas la maintenance et l'entretien de l'immeuble qu'il faut parler d'intention criminelle. Et des mauvaises langues de dire que ce n'est pas étonnant vu ce qui arrive puisqu'il s'agit de logements sociaux. Comme si on pouvait accuser la municipalité conservatrice de Kensington and Chelsea de faire peu de cas du sort de ces logements et de ceux qui les occupe!

Attenter, c'est entreprendre une action pour nuire à quelqu'un. On dit usuellement attenter à la vie de quelqu'un ou d'un groupe de personnes. Hélas, on connaît les formes spectaculaires et dramatiques de l'attentat. On connaît moins celles qui au quotidien frappe des millions de personnes en les mettant en état d'insécurité permanente faute de travail, de revenus et en les plaçant dans des conditions de vie précaires et même dangereuses. L'incendie de leur logement n'est qu'une des modalités de l'atteinte à leur personne et celle de la tour de Londres qu'un épisode dans la guerre multiforme qui est livrée aux pauvres et moyennes gens. Ainsi va le monde ! Non j'exagère ! Comme le Pape François.

Didier Martz, philosophe, le 14 Juin 2017

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.cyberphilo.org/trackback/63

Haut de page