Ainsi va le monde n° 371 - Tomber de Charybde en Scylla

Tomber de Charybde en Scylla. C'est sans doute ce que doivent se dire des électeurs au moment de choisir entre l'un ou l'autre des candidats retenus au premier tour de l'élection présidentielle pensant que pour échapper à un danger ou un inconvénient ils risquent de se frotter à un autre encore plus grave.

Dans la mythologie, comme nous le raconte Homère, Charybde était la fille de Poséidon, le dieu des Océans et de Gaïa la Terre, la déesse -mère. Charybde était perpétuellement affamée et lorsqu'elle dévora le bétail d'Héraclès, le fils de Zeus, celui-ci la punit en la transformant en monstre et en l'envoyant au fond d'un détroit, celui de Messine entre la péninsule italienne et l'île de Sicile.

Scylla, quant à elle, était une nymphe. Glaucos – une divinité marine, pêcheur de son métier - en était follement amoureux. Hélas, cet amour n'était pas réciproque et Glaucos pour forcer la nature alla demander à la magicienne Circé un philtre d'amour. Mais Circé est amoureuse de Glaucos et jalouse de Scylla et profite de l'occasion pour la changer en un monstre effrayant et l'envoyer, elle aussi, dans le détroit de Messine.

Et voilà Ulysse, dans une de ses aventures, contraint de naviguer dans le détroit entre les deux écueils : Charybde et Scylla. Charybde, nous dit Homère dans l'Odyssée, est un monstre rocheux qui « engloutit l'eau noire ; trois fois par jour la vomit, trois fois l'engloutit.» Ce gouffre est d'une force telle que Poséidon lui-même serait impuissant à sauver celui qui serait pris dans son tourbillon. Quant à Scylla, il dresse jusqu'au vaste ciel sa cime pointue ; un nuage l'entoure, bleu sombre. Aucun mortel ne pourrait y monter ni s'y tenir, … car la roche est lisse et semble polie tout autour. Au milieu de cette roche, une sombre caverne donnant vers, l'Erèbe, le Chaos, l'Enfer.

Le brave Ulysse s'engage dans la « passe redoutable ». Il évite Charybde qui engloutit l'eau noire mais c'est pour aller se perdre sur Scylla. Cherchant à éviter le premier, il s'écrase avec ses marins sur le second. Le mythe appuyé sur la géographie particulière du détroit de Messine illustre depuis fort longtemps l'idée qu'il arrive que pour échapper à un danger ou à un inconvénient on tombe sur un autre encore plus grave. Ainsi va-t-on de « Charybde en Scylla. »

Dans la fable « La vieille et les deux servantes » Jean de La Fontaine conte l'histoire de deux servantes qui, étant réveillées dès le chant du coq par leur patronne pour les mettre au travail, eurent l'idée, et pas seulement l'idée, d'égorger l'animal. Elles pensaient ainsi dormir plus longtemps. Mal leur en pris car une fois l'animal passé de vie à trépas et notre couple à peine couché, la vieille, craignant de « laisser passer l'heure courait comme un Lutin par toute sa demeure et n'arrêtait plus de les déranger. »

Ainsi des électeurs choisiront selon leurs convictions, d'autres l'un pour éviter l'autre ou inversement. C'est sans doute ce que se dirent Ulysse et les deux servantes. Ainsi va le monde ! Mercredi 26 Avril 2017

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.cyberphilo.org/trackback/11

Haut de page