Ainsi va le monde n°334 - Quelques expressions pour être « dans le coup »

Buzz, LOL, Être en mode, juste, genre...

Faire le buzz signifie littéralement "faire sensation". Le buzz a la particularité, après s'être propagé comme une traînée de poudre sur le net, de disparaître aussi vite qu'il est apparu. Ainsi, diffuser la vidéo de son chat en train de manger les hortensias du voisin peut faire le buzz avec 10000 vues sur you tube. Un des derniers sursauts dans la recherche effrénée de reconnaissance et par suite d'existence. Le bruit fugace du bourdonnement de l'abeille par une fin d'après-midi d'été.

Etre en mode et non pas à la mode. Une expression qui vient sans doute de l'univers informatique ou ménager. « Être en mode... » signifie « adopter une attitude particulière ». On se met en mode « relaxation » ou « stress » à la veille de l'épreuve de philosophie au baccalauréat. Jusqu'à présent, seules les machines se mettaient en mode « quelque chose », la machine à laver le linge en mode rinçage ou essorage. Il arrive aussi à certains hommes de se mettre en « stand by », en pause.

LOL. Déjà rentré dans l'usage, le vocable est l'acronyme de l'expression anglaise « laughling out loud » qui signifie en français « rire aux éclats » ou être « mort de rire ». Il est utilisé pour ponctuer un message et indiquer qu'il est drôle. L'usage se généralisant, on l'emploie aussi dans le but de souligner une remarque, exprimer une surprise, sans que celle-ci soit nécessairement drôle. Des milliards de messages sont désormais ponctués d'un LOL. Il est réconfortant d'imaginer une humanité hilarante, « pliée en deux ».

C'est trop. Littéralement, l'expression devrait indiquer l'excès comme dans l'expression « vous êtes trop bon ». Dire d'une soirée qu'elle « était trop » signifie au premier degré qu'il y aurait eu quelque chose d'excessif proche de la saturation. Non,ici « trop » signifie « très ».

Je te dis pas ou j'te raconte pas. Dans ce cas il faudrait ne rien dire de cette histoire et on aurait envie de répondre : « mais si raconte-moi ! ». L'expression est proche de la figure de style qu'on appelle « prétérition » du latin praeteritio qui désigne l'« action de passer sous silence ». Action qui consiste donc à parler de quelque chose après avoir annoncé que l'on ne va pas en parler comme dans « inutile de vous dire » ou encore « ai-je besoin de vous dire... ». Dans « j'te dis pas » nous ne sommes pas exactement dans la figure de style, ni dans le tic de langage, peut-être pour ménager le suspense.

C'est juste pas possible. Juste aurait ici le sens de exactement, précisément comme dans « c'est juste le contraire ». On pourrait aller jusqu'à « à la limite de ». Et ici à la limite du possible. Ainsi, il est juste pas possible que le chat puisse manger les hortensias du voisin.

Genre. S'utilise en fin de phrase genre « c'est une vraie furie genre » voire agrémenté d'un « genre voilà quoi » fonctionnant comme un « quoi ? » ou un « n'est-ce pas ». Ou bien comme « comme ». Ainsi la prof de français était genre « furie », comme une furie.

En résumé, mon chat, j'te raconte pas, l'autre jour il a bouffé les hortensias du voisin, je l'ai filmé et mis sur you tube. 10000 lecteurs. J'ai fait le buzz genre Marylin Monroe en concert. C'était trop. LOL.

Pour compléter ce lexique, on peut consulter le livre d'Adèle Bréau « Je dis ça, je dis rien ». Ainsi va le monde parlé ! Le mercredi 15 juin 2016.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.cyberphilo.org/trackback/34

Haut de page