La chronique « Ainsi va le monde »

Ainsi va le monde n° 371 - Tomber de Charybde en Scylla

Tomber de Charybde en Scylla. C'est sans doute ce que doivent se dire des électeurs au moment de choisir entre l'un ou l'autre des candidats retenus au premier tour de l'élection présidentielle pensant que pour échapper à un danger ou un inconvénient ils risquent de se frotter à un autre encore plus grave.

Dans la mythologie, comme nous le raconte Homère, Charybde était la fille de Poséidon, le dieu des Océans et de Gaïa la Terre, la déesse -mère. Charybde était perpétuellement affamée et lorsqu'elle dévora le bétail d'Héraclès, le fils de Zeus, celui-ci la punit en la transformant en monstre et en l'envoyant au fond d'un détroit, celui de Messine entre la péninsule italienne et l'île de Sicile.

Scylla, quant à elle, était une nymphe. Glaucos – une divinité marine, pêcheur de son métier - en était follement amoureux. Hélas, cet amour n'était pas réciproque et Glaucos pour forcer la nature alla demander à la magicienne Circé un philtre d'amour. Mais Circé est amoureuse de Glaucos et jalouse de Scylla et profite de l'occasion pour la changer en un monstre effrayant et l'envoyer, elle aussi, dans le détroit de Messine.

Et voilà Ulysse, dans une de ses aventures, contraint de naviguer dans le détroit entre les deux écueils : Charybde et Scylla. Charybde, nous dit Homère dans l'Odyssée, est un monstre rocheux qui « engloutit l'eau noire ; trois fois par jour la vomit, trois fois l'engloutit.» Ce gouffre est d'une force telle que Poséidon lui-même serait impuissant à sauver celui qui serait pris dans son tourbillon. Quant à Scylla, il dresse jusqu'au vaste ciel sa cime pointue ; un nuage l'entoure, bleu sombre. Aucun mortel ne pourrait y monter ni s'y tenir, … car la roche est lisse et semble polie tout autour. Au milieu de cette roche, une sombre caverne donnant vers, l'Erèbe, le Chaos, l'Enfer.

Le brave Ulysse s'engage dans la « passe redoutable ». Il évite Charybde qui engloutit l'eau noire mais c'est pour aller se perdre sur Scylla. Cherchant à éviter le premier, il s'écrase avec ses marins sur le second. Le mythe appuyé sur la géographie particulière du détroit de Messine illustre depuis fort longtemps l'idée qu'il arrive que pour échapper à un danger ou à un inconvénient on tombe sur un autre encore plus grave. Ainsi va-t-on de « Charybde en Scylla. »

Dans la fable « La vieille et les deux servantes » Jean de La Fontaine conte l'histoire de deux servantes qui, étant réveillées dès le chant du coq par leur patronne pour les mettre au travail, eurent l'idée, et pas seulement l'idée, d'égorger l'animal. Elles pensaient ainsi dormir plus longtemps. Mal leur en pris car une fois l'animal passé de vie à trépas et notre couple à peine couché, la vieille, craignant de « laisser passer l'heure courait comme un Lutin par toute sa demeure et n'arrêtait plus de les déranger. »

Ainsi des électeurs choisiront selon leurs convictions, d'autres l'un pour éviter l'autre ou inversement. C'est sans doute ce que se dirent Ulysse et les deux servantes. Ainsi va le monde ! Mercredi 26 Avril 2017

Ainsi va le monde n° 370 - Bulletin météorologique du 16 Avril 2025

Dimanche 16 avril 2025. Bulletin météo. La présentatrice fait grise mine : il va faire beau sur toute la France y compris au Nord de la Loire. D'ailleurs, elle n'emploie plus l'expression « faire beau » mais « temps maussade avec ciel désespérément bleu », un soleil provocateur et ironique celui qu'on faisait sourire autrefois sur les dessins d'enfant brillera ou assommera toute la France; pas l'ombre d'un nuage et pas d'ombre du tout. Dans le Sud au plus fort de la journée, les températures voisineront les 45 degrés ; au Nord, dans les Ardennes, autour de 35 degrés.

Lire la suite

Ainsi va le monde n°369 – Abstention

S’abstenir renvoie à une notion du vocabulaire stoïcien et chrétien, qui signifie « (se) tenir à l'écart de, renoncer à » dont le sens s’est réparti entre abstention et abstinence. Pour l'une ou l'autre, il s’agit là de s'interdire une chose par un renoncement volontaire et mûrement réfléchi.

Lire la suite

Ainsi va le monde n°368 - La pente fatale

Dans la matinale politique de France-Culture de ce jour, Madeleine de Jessey, soutien de François Fillon, présidente de l'organisation Le Sens Commun, répond aux questions de Guillaume Erner. A un moment de l'interview, il est question du droit à l'enfant et l'invitée pense qu'il faut remettre en cause ce droit car, comme le dit le philosophe Finkielkraut, il est une entrée dans le monde de la volonté où règne en priorité le désir de chacun. Cette loi comporte, dit-elle, beaucoup trop de vides juridiques et ne protège pas l'enfant. C'est une véritable boîte de Pandore et pourrait aboutir à des formes modernes d'esclavage. Et ajoute, Madeleine de Jessey, l'esclavage on ne l'encadre pas, on l'abolit.

Lire la suite

Ainsi va le monde n°367 – Morale et politique ne font pas bon ménage

Ce qu'on appelle pudiquement des « affaires » traversent la campagne électorale des présidentielles. Des hommes et des femmes en colère les appelleraient des scandales. On descendait autrefois dans la rue pour moins que cela. Certains se réjouiront de l'évolution des passions vers plus de mesure et de maîtrise pour une société plus amène et apaisée ; d'autres, au contraire, prôneront une liberté des émotions eu égard à l'immoralité des conduites, à l'injustice des situations. Ils s'indignent et se mettent en colère. Le philosophe Vladimir Jankélévitch, classé parmi les sages, faisait du ressentiment, un point d'appui pour garder vivace le sentiment d'injustice, d'humiliation. Dans le ressentiment disait-il : « le cœur est engagé, et c'est pourquoi il prélude au pardon cordial ».

Lire la suite

Ainsi va le monde n°366 - Votez inutile

Votez utile ! L'invitation revient à chaque élection. Elle répond à une question que les uns et les autres se posent : est-ce qu'il est vraiment utile de voter pour un candidat qui n'a aucune chance de l'emporter ? Voter utile, c'est aussi voter pour un candidat qu'on n'apprécie pas nécessairement mais dont on pense qu'il empêchera un autre candidat qu'on apprécie encore moins d'être élu. On peut ajouter une autre question posée par un hebdomadaire : est-il vraiment inutile de voter pour un candidat qui n'a pas de chance de l'emporter ?

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 364 - Saxifrage

N'avez-vous jamais été surpris et étonné par cette plante qui pousse au milieu d'une paroi de béton défiant toutes les lois de la botanique ? De cette autre qui grandit, moqueuse, au beau milieu de l'autoroute ? Ou encore jouant des coudes pour se frayer un chemin entre deux pavés. Réjoui, on se dira que la nature reprend ses droits... une bien maigre consolation écologique ; maussade, on l'arrachera violemment comme agent provocateur de la modernité bétonnée...

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 344 - Transhumanisme

On ne se contente plus de réparer l'homme mais on améliore ses capacités voire on augmente ses performances pour voir plus qu'il ne voit, sentir plus qu'il ne sent. Un nouveau profil d'être humain se dessine, hybridation entre la machine et l'organisme, mélange de chair et de matériau, de nerf et de câble, d'os et de plastique... A propos du bateau de Thésée, les sophistes d’Athènes se demandaient, au fur et à mesure que les pièces en étaient modifiées ou remplacées s’il s’agissait encore du même bateau ?

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 339 - Le traître

Amos Oz, grand écrivain israélien, vient de publier Judas, son dernier livre. Judas, c'est la figure du traître, qualification dont est affublé régulièrement l'écrivain pour son engagement en faveur de la paix. A travers le mouvement qu'il a co-fondé en 1978, « La Paix Maintenant », il milite depuis longtemps pour la création d'un Etat Palestinien aux côtés d'un Etat israélien.

Amos Oz, grand écrivain israélien, vient de publier Judas, son dernier livre. Judas, c'est la figure du traître, qualification dont est affublé régulièrement l'écrivain pour son engagement en faveur de la paix. A travers le mouvement qu'il a co-fondé en 1978, « La Paix Maintenant », il milite depuis longtemps pour la création d'un Etat Palestinien aux côtés d'un Etat israélien.

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 337 – Marrakech insolite : la fourchette

Vendredi. Marrakech. Jour de la grande prière, jour des offrandes aux pauvres... Avec la distribution des pièces de monnaie, le partage du couscous. Et même pauvre, on trouve toujours plus pauvre que soi pour offrir le couscous. On entre dans une boutique en terre battue dont la vocation est la récupération de tous les appareils ménagers défectueux, leur réparation et leur remise dans le circuit des usages. Avec trois fers à repasser, on en fait un. Ici pas de déchetterie où les individus se déchargent des « encombrants » de leur vie après qu'ils leur ont rendu un fier service. Quelle ingratitude !

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 336 - Selfie

Vous avez sans doute remarqué - et peut-être pratiqué - l'autophotographie qui consiste à se photographier soi-même en tendant l'appareil à bout de bras. Le cadrage de la photo se fait en se regardant dans l'écran. Les appareils sont en effet munis d'un système qui permet d'inverser le rapport regardant/regardé...

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 335 - 20 ans de philosophie au comptoir

Parce que les lieux où l'on cause et réfléchit se font rares, parce que trop se passe à séparer les individus les uns des autres et à ne les réunir que dans des lieux propices à l'achat de biens de consommation, j'ai crée en 1996, avec quelques amis, le café de philosophie à Reims. Ce samedi 25 juin 2016, il aura 20 ans.

Lire la suite

Ainsi va le monde n° 321 – La femme est l'avenir de l'homme

La journée internationale de la femme a été célébrée en grandes pompes le 8 mars dernier. Pour la France, on aura surtout noté, selon le mot du psychanalyste et sociologue Paul Watzlawick, que, pour les conditions sociales de la femme « plus ça change moins ça change ».

Lire la suite

Haut de page